Le jardin des nouveautés 1998

 

©

Bruno Gadrat - 26 juin 1998 - bulletin AAPQ

Le jardin des nouveautés a été inauguré le 17 juin 1998. Il est le résultat d'un partenariat entre la ville de Montréal, le groupe Permacon inc. et l'école d'architecture de paysage de l'université de Montréal.

Quand Lise Cormier a invité l'école d'architecture de paysage à prendre part au projet du jardin des nouveautés, toute l'équipe professorale a immédiatement été emballée par cette idée magnifique. Pour faire jaillir les idée nouvelles en design nous avons organisé un concours entre nos étudiants de troisième année du baccalauréat. Eux aussi se sont impliqués avec enthousiasme dès le début du projet.

Sous la direction de Nicole Valois, ils ont dessiné, inventé, ré-inventé un jardin dans un faisceau de contraintes peu ordinaire, recherchant la nouveauté, l'inconnu. Ils ont produit des projets tous plus intéressants les uns que les autres. Difficiles à départager dans un concours tant la production des idées nouvelles était forte. Il y a d'ailleurs plusieurs projets lauréats dont celui de Mélanie Mignault qui peut être consulté sur le site web de l'école (http://www.designvegetal.com).

Le jardin des nouveautés est d'abord un jardin; avec tous les plaisirs qui y sont associés: plaisir des sens, plaisir du sens, plaisir de la nouveauté. Ce jardin est nouveau à plus d'un titre. Bien sûr il met en vedette les végétaux, les matériaux, le design nouveau, c'est son objectif premier. Mais il est aussi nouveau car ce n'est pas une oeuvre définitive. Il se renouvelle (le processus est déjà actif) et se renouvellera chaque année par petites fractions. Cette inauguration ne marque pas la fin d'un projet, elle en marque le début. Ce jardin est plus qu'un beau jardin; c'est un laboratoire de recherche. Une expérimentation dynamique sur la synthèse des nouveautés.

Il comporte une base souple et contrastée donnée par les massifs et les constructions. Ce design éprouvé mais d'actualité forme le socle du jardin. Il correspond à notre façon commune de faire et de voir les jardins actuels. C'est cette actualité vivante qui vient à être modifié par les nouveautés du jardin. Chaque élément retient notre attention car il ressemble à un autre que nous connaissions déjà mais avec cette petite différence qui lui donne toute sa nouveauté. L'effet d'ensemble nous arrête également, car dans notre jardin d'aujourd'hui, il s'est glissé la nouveauté de demain. Suffisante pour nous intriguer, mais pas assez pour nous choquer ou être invisible tant sa nouveauté nous serait étrangère.

Cette nouveauté du design s'inscrit dans la forme du jardin mais elle se met également doucement en place dans notre idée du jardin. Une nouveauté répétitive, légère et pleine de gaîté qui vient infiltrer et détourner notre vision actuelle. Des gestes extrêmement simples, minimums, poussés le plus loin possible pour contrebalancer nos habitudes fortement établies. Une répétition légère et pleine de gaîté qui permet de mieux apprécier les variations, le renouvellement des plantes, des matériaux et du design.

Ce jardin est également novateur dans nos façons de faire. Traditionnellement, le jardin est une expression du monde. Chacun des partenaires et des personnes impliquées dans ce projet possède son propre monde, riche à souhait. Ce jardin y compris sa préparation, sa réalisation et son entretien, fait exister simultanément ces mondes dans une seule réalité.

C'est donc un projet riche de sens et de recherches à poursuivre, qui est dès aujourd'hui offert à nos sens pour un plaisir en constant renouvellement.

Bruno GADRAT


[retour accueil ]