© École d'architecture de paysage
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans autorisation de l'auteur est interdite. Seules sont autorisées, d'une part, les reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective, et, d'autre part, les courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d'information de l'œuvre dans laquelle elle sont incorporées.
 

Catastrophes naturelles et paysages sublimes.
Le cas de la tempête du verglas de 1998.

Bruno Gadrat - 2001labash-resume.html - 15 novembre 2000 - Résumé

 

Sublime verglas.

La pluie verglaçante a continué de tomber, d'une beauté effrayante, invraisemblable, démesurée, sauvage. De cette sauvagerie qui vous arrête, figé dans la peur d'être dévoré, broyé. Êtes-vous prêts à apprécier et créer des paysages sublimes ?

 

Résumé

Le col du Saint-Gothard par J.M.W. Turner (1803-1804) est l'exemple parfait de ce que l'on concevait comme sublime au début du 19è siècle. Au travers de récits et de peintures, nous apprenons les caractéristiques principales de cette façon d'apprécier le monde. Par exemple sa puissance massive, hors de notre contrôle, ou son atmosphère angoissante pourtant chargée d'une beauté extrême. Notre planète a été explorée dans ses moindre recoins. Les aménagements et les explorations sont systématiquement soumis aux techniques du confort sécurisé. Cela ne nous laisse plus beaucoup de place pour expérimenter des lieux sublimes par nos propres sens. Les grandes catastrophes naturelles, comme la tempête de verglas de 1998 au Québec, nous offrent cette opportunité unique de passer du savoir au voir pour aboutir à la connaissance du paysage sublime. Le cas présenté démontre que la complexité du paysage ne peut pas se résumer par la somme de ses parties observées séparément selon des thématiques logiques. Les innombrables descriptions qui en résultent ne rendent pas compte du paysage sublime et encore moins de la possibilité de l'utiliser ou de l'enseigner pour inventer des aménagements. Il démontre aussi la nécessité de réintroduire l'expérience sensible comme composante indispensable à la connaissance des paysages.


Mots clefs


Bruno GADRAT

Professeur adjoint, il est le spécialiste du design avec les végétaux à l'École d'architecture de paysage à la Faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal.
Paysagiste DPLG (architecte paysagiste) diplômé de Versailles et titulaire du DEA "Jardins paysages territoires" de Paris La Villette. Il a développé une très grande expertise en design avec les végétaux par les nombreux projets auxquels il est associé tant en France qu'au Québec et ce à toutes les échelles du détail de plantation à la gestion de grands territoires.
Ses recherches portent sur l'étude des paramètres associés au végétal qui sont responsables des effets sensibles et de la signification des aménagements.

 


Bruno GADRAT

Architecte paysagiste
Professeur adjoint à l'École d'architecture de paysage de l'Université de Montréal
 
Adresse au moment de la conférence en 2001:
École d'architecture de paysage
C.P. 6128, succursale Centre- ville
Montréal (Québec)
H3C 3J7
Téléphone: (514) 343-5867
Fax: (514) 343-6104
Nouvelle adresse en 2004
Email: bruno.gadratdesignvegetal.com - http://www.designvegetal.com/gadrat