GADRAT BRUNO - ARTICLES

 

Préserver le paysage: une question de racines.
Par Bruno Gadrat - Marieville le 20/09/2003
Texte source de l'article paru dans Le Journal de Chambly du 07 Octobre 2003

Avez-vous remarqué les fissures dans la fondation. "C'est la faute aux arbres !". C'est facile de les accuser, leurs racines sont dans le sol, invisibles, donc dangereuses. Mais regardons-y de plus près. Les racines sont incapables de franchir les barrières étanches. Un simple pot de tourbe compressé ou un sol tassé par le passage des piétons peut les empêcher de passer. Alors pensez-vous vraiment que des racines peuvent perforer le béton ? Les arbres des trottoirs et des stationnement meurent prématurément car ils n'arrivent pas à contourner les bordures de trottoir dans lesquelles on les enferme.

Pourtant le mythe est tenace. Nous avons tous vu des ruines envahies d'arbres et de lianes aux racines pénétrant entre les pierres. Elles sont effectivement capables de rentrer dans les fissures ou les joints défectueux. En grossissant, elles peuvent les élargir. L'eau, le gel et les mouvements de sol ont le même effet. Avec ou sans racines, les fissures s'aggravent.

Le Populus deltoïdes (peuplier) est l'un des arbres les plus vigoureux que l'on puisse trouver en Amérique du nord. C'est vrai qu'il faut de l'énergie aux racines pour envoyer la sève à plus de 20 mètres de haut. Cette vigueur est cependant insuffisante pour rivaliser avec les constructions.

Cette photographie le démontre. Avec un peu d'attention on voit même les différentes faiblesses des peupliers selon l'entrée du lotissement, les maisons et les jardins.

Il faut quarante ans pour faire un bel alignement de Peupliers deltoïdes. Il suffit d'un changement de régime des eaux pour nuire aux racines et détériorer les arbres. L'élagage leur permet de mieux résister au manque d'eau mais ne préserve pas l'effet esthétique et symbolique de l'alignement.

Les architectes paysagistes réalisent des plans techniques de nivellement et de drainage pour gérer l'eau, tant à la surface que dans le sol. Cette bonne maîtrise de l'eau assure la vie des plantations mais aussi la stabilité des constructions.

Au delà des techniques, c'est la maturité l'alignement qui fait la valeur de ce paysage. Sa préservation aurait nécessité de ne pas construire les lots adjacents. C'est un prix sans commune mesure avec celui des services professionnels de l'architecte paysagiste pour l'évaluer et inventer de belles solutions d'aménagement préservant la qualité du paysage et des constructions.

BG

Viable sensible et signifiant sont les trois critères de qualité du design végétal
Bruno Gadrat Design Végétal: Services avant et après la construction

< 20030920racinesmaisons.html - rev 08/10/2003 >