© École d'architecture de paysage - Bruno Gadrat Design Végétal
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans autorisation de l'auteur est interdite. Seules sont autorisées, d'une part, les reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective, et, d'autre part, les courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d'information de l'oeuvre dans laquelle elle sont incorporées.

Lectures partielles du végétal et paysages impossibles

Bruno GADRAT
octobre 1996

Résumé

Le végétal, que ce soit en partie, par individu ou en groupement est lu par les utilisateurs et auteurs des aménagements avec une logique individuelle qui lui donnent du sens et qui permet de lui attribuer une valeur.
La perte de correspondances entre le monde et sa représentation, autrement dit entre une réalité observable et sa forme symbolique mémorisée par l'observateur, est souvent l'objet de revendications fortes et parfois violentes.
Dans des lectures multiples, quels sont les caractéristiques et attributs du végétal qui ont pour effet de modifier l'état de conscience des gens au point de leur faire oublier la réalité de l'ensemble observable et l'évidence sociale des différents points de vue ?
Un récapitulatif des diverses façons de regarder le végétal, issues d'inventions sociales situées historiquement, combiné aux étapes d'apprentissage les plus fréquentes dans notre société occidentale post-industrielle permettra de décrire les principaux ensembles de caractéristiques et d'attributs du végétal qui sont ou peuvent être significatifs.
La valorisation du traitement symbolique et parallèlement la dévalorisation du traitement analogique par le cerveau nous dissocie de la réalité par indistinction de situations complexes globalement fondues dans une même forme symbolique.
La mise à plat des diverses lectures et valorisations symboliques associées doit permettre d'éviter que certaines correspondances entre la réalité et leurs symboles deviennent impossibles, qu'ils disparaissent par manque de réalité sur lesquelles s'appuyer ou par excès de symboles contradictoires.