GADRAT BRUNO - ARTICLES

 

Le paysage existe-t-il au Québec ?. - Marieville le 20/01/2002

Par Bruno Gadrat

 

Le paysage existe-t-il au Québec ? On peut en douter. Dans la loi sur la protection des biens culturels, le paysage s'appelle "arrondissement naturel". Cette protection des paysages remarquables est toutefois relative. Il faut à la fois maintenir le site avec ses pratiques et l'image qu'on s'en fait. La protection des sites ne peut pas non plus être étendue à l'ensemble du territoire. Elle ne s'applique donc pas à notre paysage dans son ensemble. La protection du paysage Québécois n'existe donc ni dans les mots ni dans les faits.

Deuxième chance ? Le "paysage humanisé" de la loi sur la conservation du patrimoine naturel préserve des biotopes anthropiques. C'est bien de protéger l'environnement d'espèces dépendantes des actions humaines, mais ce n'est pas notre paysage quotidien, notre pays que l'on aimerait trouver beau chaque jour.

Notre patrimoine paysager se trouve principalement dans des objets étranges apportés de leurs pays d'origine par nos ancêtres. Il est aussi dans nos cimetières qui nous rappellent le beau pays que ces gens ont fait. Notre paysage Québécois existe-t-il encore ?

Il ne suffit pas de placer quelques fleurs aux carrefours pour dire qu'on pense encore à lui et qu'on regrette sa disparition. Le paysage est une étendue de pays s'offrant à la vue nous dit le dictionnaire. Au Québec, sa définition pourrait-être: regard absent sur une étendue de pays qui n'existe pas. La loi 101 ne protège pas la signification des mots. Ouvrons les yeux et acceptons de l'appeler par son nom. Il faut dire quand il est beau où laid. Il faudra parfois, peut-être même souvent, lui redonner sa beauté. Mais à qui demander ? Des paysagistes professionnels ? perdu ! ils font des jardins pour nous dépayser. Par exemple: les rocailles évoquent des paysages de montagnes que nous n'avons pas chez nous. Les spécialistes formés pour améliorer les paysages sont des architectes paysagistes. Comme l'eau, le paysage est un bien collectif. Il vaudrait mieux éviter de le détériorer sous prétexte qu'on ne l'a pas vu et qu'on ne veut pas le nommer.

 

BG

 (Les lois du Québec http://www.publicationsduquebec.gouv.qc.ca)

 

Tout n'est pas paysage, mais toute action peut en tenir compte
Bruno Gadrat Design Végétal: études de paysage, planification, insertion paysagère

20030129paysageQuebecois.html - rev 31/01/2003