ref

Fenêtre de destination:


Feuillage

Bruno GADRAT, gadrat/f/feuillage/feuillage.html - 29/04/1999 rev 28/06/2004

Le feuillage est un ensemble de feuilles. Il faut donc un recul d'au moins deux mètres pour commencer à pouvoir voir le feuillage. Plus proche, on regarde des feuilles. Pour la description des feuilles voir vocafeuil.html

Il n'existe pas de documentation simple et efficace sur le sujet1. Nous y travaillons. C'est un excellent sujet de maîtrise ou de doctorat. En attendant et pour ne pas vous laisser complètement dans le vague, voici les principaux axes de cette recherche

...

Les paramètres essentiels du feuillage sont la texture et la couleur. Ces deux éléments seront toujours présents dans les compositions. Leur étendue (forme dont on ne voit pas le bord) et leur mémorisation difficile (trop grande complexité et référence symbolique pauvre) fait que le feuillage est un élément dominant de la constitution des fond de scène végétale. Les textures de feuillages sont rarement identifiées de façon aisée par les visiteurs du jardins.
Dans les jardins où le feuillage est mis en valeur, les contrastes sont souvent exagérés et redondants pour garantir un certain effet sur les visiteurs (ex: texture fine et verticales (Typha, Iris) en contraste avec des textures larges et horizontales (Nelumbo).
Les contrastes de couleurs dans le feuillage sont également exagérés pour contredire a couleur symbolique normale du feuillage. Le feuillage est vert par définition, sinon il faut qu'il soit rouge, jaune ou bleu. Cette lecture symbolique de la couleur du feuillage interdit toute finesse dans la composition réelle. Le détail est renvoyé à l'imaginaire. Ces compositions colorées en mode logique donnent des lectures chaotiques en mode sensible car les contrastes sont trop forts et trop nombreux. Le poids de cette lecture logique ne laisse pas beaucoup de place à ne lecture sensible de la couleur sauf dans sa couleur symbolique normale qu'est le vert. Le vert du feuillage pourra alors être plus clair, plus foncé, plus tendre (vert-jaune) ou plus glauque (vert-cyan). Cette lecture sensible de la couleur renvoie le feuillage dans le fond.

Dans la fabrication du fond par les feuillages, les nuances de texture et de couleur vont enrichir le contexte sans vraiment nuire à l'effet principal dont le contraste est toujours beaucoup plus puissant.

Feuillages découpés, panachés, rouges, les pépinières offrent de nombreux cultivars qui sortent de l'ordinaire. Ils permettent de s'étonner en portant un regard individuel à la plante. Cette façon de regarder les plantes est une combinaison intéressante des motivation botaniques (différentiation intra-spécifique) et horticoles (capacité à produire l'exceptionnel). La production d'un jardin (vision du monde) avec ces plantes anormales est délicate à ajuster pour ne pas produire une caricature.

La texture fine du feuillage est due à l'orientation des feuilles ou à celle des lobes des feuilles. Par la tonte on supprime l'orientation de la texture grossière du feuillage qui est due à l'organisation des brindilles et des branches.

Par la tonte, en passant la cisaille dans le feuillage, on réduit la vigueur des rameaux et on les multiplie. Le feuillage prend une texture plus fine ce qui augmente sa densité en renforçant la visibilité de la forme de la plante. Les ombres deviennent plus fortes sur la forme et sont réduites sur la texture. Voir forme et texture.

 


Réf.Bruno Gadrat

1 Certains ouvrages comme le guide des arbres et des plantes à feuillage décoratif de Benoît Prieur éd. de l'Homme possèdent une somme remarquable d'excellentes photographies mais des texte à peu près inutiles pour décrire efficacement le feuillage.

Pour en savoir plus

Quelques images de feuillage

Acerfeuillage.jpg coniferesfeuillage.jpg Gleditsiafeuillage.jpg Larixfeuillage.jpg Malusfeuillage.jpg Piceapfeuillage.jpg Piceathuyafeuillage.jpg pommetierfeuillage.jpg Rudbeckiasedumfeuillage.jpg Betulafeuillage.jpg Thuyapiceafeuillage.jpg